Kévin est franchisé de l’agence Ewigo Avignon (84)

Kévin Batard a ouvert son agence automobile Ewigo en septembre dernier à Avignon. Pour Toute la Franchise, il nous donne son regard de franchisé concernant la crise liée à la pandémie de coronavirus, et revient sur la manière dont le réseau l’accompagne depuis quelques semaines.

Il répond aux questions de Toute la Franchise.

Comment votre franchiseur vous a accompagné et vous accompagne pour faire face à la crise actuelle ? 

La franchise a été très présente et ce avant même l’annonce du confinement, avec un accompagnement aussi bien personnel que collectif. En termes d’outils, le réseau a mis en place un formulaire digital, à remplir par nos clients, pour nous permettre de continuer à rentrer des mandats de vente, certes moins qualitatifs que nos mandats physiques, mais pouvoir s’adapter à la situation est une force ! 

Comment jugez-vous la réactivité de votre franchiseur dans cette situation exceptionnelle ? 

Sa réactivité a été exemplaire ! Certaines fois, nous avons eu des informations avant même les annonces du Gouvernement, ce qui nous a permis d’être en avance sur certaines démarches !

Pensez-vous que faire partie d’un réseau est un avantage pour faire face à ce type de situation ? 

C’est une certitude que c’est un avantage à condition de faire partie d’un bon réseau. C’est pendant les périodes difficiles que l’on voit quelles sont les bonnes franchises ! Donc en effet être chez Ewigo a été un avantage. 

Comment envisagez-vous et préparez-vous à la sortie de crise ? 

Durant le confinement, la baisse de business a été brutale, mais nous avons tout de même continué à prospecter et à suivre nos clients pour garder la réalité du marché afin d’être prêts pour la réouverture de l’agence. Merci à l’équipe d’Ewigo Avignon d’avoir continué l’activité en télétravail. Je pense que nous ne serons pas la priorité des Français en sortie de confinement (coiffeur, esthéticienne…) mais nous serons sûrement dans la deuxième vague. Il y a une perte de chiffre d’affaires, certes, mais j’espère qu’il sera rattrapé dans les mois suivant le confinement.

20 mai 2020